Vous êtes un particulier ? Payez vos factures en ligne

01 83 94 14 94

A faire en juillet

Avant de partir en vacances, il est judicieux de prévoir un désherbage complet des massifs et des plates-bandes. Ne pas s’y astreindre, c’est risquer, au retour,  de retrouver son jardin envahit par les mauvaises herbes.

 

Redoutables concurrentes

Les mauvaises herbes, ou adventices, sont généralement des plantes qui ont savent parfaitement s’adapter à leur milieu pour en tirer le meilleur parti. L’objectif étant pour elles d’être capable de se développer sur une surface la plus grande possible dans un minimum de temps. Résistance à la chaleur, à la sécheresse et aux sols pauvres, efficacité des modes d’expansion avec des cycles courts de semis spontanés ou des entrelacs de ryzhomes traçants ultra-invasifs, vigueur naturelle, absence de prédateurs sont autant de moyens de démultiplier leurs capacités d’envahissement. En plus d’enlaidir vos massifs, ces herbes font clairement concurrence à vos plantes ornementales ou potagères pour l’accès à l’eau, à la lumière ou aux éléments nutritifs.

 

Désherbage préventif

Laisser quelques maigres plantules d’herbes indésirables au moment de votre départ, c’est l’assurance de retrouver à votre retour de vacances, une jungle en guise de plate-bande, avec des réseaux racinaires inextricables ou des touffes constituées d’énormes mottes difficiles à arracher. Il est donc important de procéder à un désherbage le plus complet possible avant de partir, même si bien-sûr, au moment de faire les valises, vous n’aurez peut-être pas la tête à jardiner. Et pourtant, un arrachage en règle des adventices, suivit d’un binage de surface sont des gestes indispensables pour empêcher leur prolifération avant une absence prolongée de quelques semaines.

 

Le paillage du sol, petit bonus

 Pour préserver la durée d’efficacité d’un désherbage, il est bon d’étaler, immédiatement après l’opération, plusieurs centimètres de paillis organique disponibles dans le jardin (résidus de tonte, broyat de tailles…) ou dans le commerce (écorces, paille, paillettes de lin…). Hormis pour la tonte, qu’il ne faut pas appliquer en couches de plus de 3 cm à cause de sa propension à fermenter, plus vous mettrez une couche épaisse (entre 5 et 10 cm) plus longtemps vous maintiendrez vos massifs propres. Cet épais paillis empêchera les graines d’adventices de se déposer sur le sol et d’y germer. D’autre part, cette couverture organique maintiendra l’humidité du sol et, à mesure qu’elle va se décomposer, créera de l’humus. 

En savoir plus : « A faire en juin, valoriser les déchets de tonte »

 

Les opérations de désherbage constituent des travaux de petit jardinage qui relèvent des services à la personne. Vous pouvez en confier la prise en charge par des professionnels agréés et profiter des réductions fiscales en vigueur proposées par ACCES-SAP.

En savoir plus : www.acces-sap.com

Date : 28/07/2016